• Thème : L'amicale France-Québec

    Thème : L'amicale France-Québec

    Au cours des années 1960, plusieurs artistes québécois s'adressant à la jeunese ont repris des chansons de France, le plus souvent immédiatement après la sortie locale de ces disques européens. Pourquoi ? Au Québec, dans la plupart des villes importantes, il y avait deux stations de radio, encore davantage à Québec et à Montréal. Voici la station A qui favorise le disque français, alors que la station B ne désire pas faire tourner les mêmes disques que le compétiteur et qui favorise la version québécoise. Incroyable, non ? Des stations de radio qui ne présentaient pas les mêmes disques ! Impensable de nos jours ! Alors, quand un 45 tours de France commençait à se faire entendre, les producteurs faisaient entrer d'urgence un artiste local pour enregistrer une version. Voici quatre cas particuliers.

    Hou Lops : Quand les roses (1965). Le cas d'un groupe jeunesse reprenant une pièce de variété française, mais avec un accompagnement basse-guitare-batterie au lieu des violons français. La chose est arrivée souvent et, à l'inverse, cela ne se produisait jamais en France. Les Hou Lops ont gagné le pari : leur version fut plus populaire que celle de Adamo.

    Sultans : La poupée qui fait non (1966). J'ai croisé des palmarès où on pouvait voir en même temps la version de Polnareff et celle des Sultans. Immense succès dans les deux cas. S'il faut reconnaître que la version Polnareff était supérieure, nos Sultans tiraient tout de même très bien leur épingle du jeu.

    Classels : Et maintenant (1966). L'originale de Bécaud datant de 1962, la compétition était ailleurs : celle de la version de Sonny & Cher. Supérieure par les Classels ! Même si je n'ai jamais aimé les voix des deux chanteurs de ce groupe, ces musiciens avaient une sonorité incroyable, avec tout cet écho sur les guitares. Notez aussi le bassiste et la batteur. Vous n'avez jamais entendu cette chanson de cette façon !

    Miladys : Adieu monsieur le professeur (1969). J'ai toujours pensé que la version de Hugues Aufray était cul-cul, alors que l'aspect fillettes des Miladys rend cette chanson charmante. Pour ce trio de ma région, il s'agissait d'un extrait d'un microsillon et non d'un 45 tours.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :