• Le répertoire d'Assurancetourix

    Goscinny et Uderzo se sont amusés, dans les aventures d'Astérix, à parsemer des chants, adaptations antiques, gauloises ou romaines, d'airs populaires de France et même des États-Unis. Les transformations ne sont pas toujours faciles à reconnaître, mais quand nous y arrivons, cela devient encore plus rigolo. Voici quatre exemples attribués à Assurancetourix. J'y ajoute le titre de l'album et la façon dont les auteurs faisaient chanter le barde.

    CHARLES TRENET : Menilmontant (1939) Astérix Gladiateur. "Menhir montant mais oui madame".

    GENE KELLY : Singin' In The Rain (1952) Astérix chez Rahazade. "Aîm Sïnguïn Ïn Ze Rèïnn Djoest Sïnguïn Ïn Ze Rèînn". Les auteurs décrivent le tout comme une "Vieille chanson celtique."

    JACQUES BREL : Les bonbons (1964) Astérix en Hispanie. "J'vous eî apporteï des sangliers, les sangliers ça est tellement bon."

    ANTOINE : Les élucubrations d'Antoine (1966) Astérix et les Normands. "Ma mère m'a dit Assurancetourix fais-toi tresser les cheveux."


    votre commentaire
  • Source : Le répertoire de Janis Joplin

    Quatre chansons identifiées à Janis Joplin, alors qu'en réalité, il s'agissait pour elle de reprises. Vous noterez que c'étaient des chansons interprétées par des Noirs.

    ODETTA : Down On Me (1959)

    GARNET MIMMS : Cry Baby (1963)

    BIG MAMA THORNTON : Ball And Chain (1965)

    ERMA FRANKLIN : Piece Of My Heart (1967)

    Je voulais présenter Me & Bobby McGhee par Kris Kristoferson, mais, à mon grand étonnement, je n'ai pas cette chanson chez moi ! À la place, comme "Pièce bonus", je vous propose ce que vous n'avez peut-être jamais entendu : le démo de la chanson, par Janis, avec guitare acoustique. Je crois que c'est vraiment très bien ! Et en noir.


    4 commentaires
  • Thème : Chansons sur le suicide

    Non, je ne vous ferai pas entendre une pièce heavy métal modèle 1986, mais bien quatre chansons des années 1960 et qui, de plus, ont été des succès radiophoniques. Le sujet n'était cependant pas courant. Vous noterez que le mot Suicide n'est pas prononcé.

    PAT BOONE : Moody River (1961) Le très sage Pat emprunte une chanson à un artiste obscur, Ken Booth. Pat a rendez-vous avec son amoureuse près de la rivière et du grand chêne, mais il ne trouve qu'un gant au sol, retenant un message de la belle : "Je t'ai trompée et il ne me reste qu'une chose à faire." La rivière aura eu le dernier mot.

    DICKIE LEE : Patches (1962) Succès oublié, mais je vous assure qu'il a fait pleurer le public de l'époque. Un jeune homme rencontre une belle fille et c'est le coup de foudre et, déjà, il est question de mariage. Le hic est que les parents respectifs ne veulent pas de cette fréquentation, parce que les deux familles sont de condition sociale opposées. L'éplorée, voyant que le garçon ne vient plus la voir, n'a qu'une solution : la rivière. Le garçon, à la fin, chante : "Je sais que ce que je vais faire n'est pas bien, mais ce soir, je te retrouverai." Double suicide, donc. Sortez les mouchoirs !

    CHRISTOPHE : Je chante pour un ami (1966) Cette fois, on ne sait pas ce que "l'ami qui n'était pas bien sur terre" a choisi pour mettre fin à sa route. Christophe semble culpabiliser quelque peu...

    BOBBIE GENTRY : Ode To Billie Joe (1967) Chanson unique, puisqu'elle se déroule à la campagne, pendant le repas du midi. La discussion familiale concerne le suicide d'un certain Billie Joe, qui s'est lancé en bas d'un pont. La fille avale mal sa bouffe, car, la veille, elle avait rencontré Billie Joe et refusé son amour. Un film sera tourné en se basant sur l'histoire de cette chanson.


    votre commentaire
  • Microsillon 5 étoiles : Jo-Ann Kelly

    Ce qui est bien, avec la musique, est qu'on n'en a jamais fait le tour. Au moment où l'on croit avoir cerné une question, il surgit un disque et un artiste qui nous était profondément inconnu. Ainsi, ce microsillon parfait et éponyme de Jo-Ann Kelly date de 1969, mais je ne l'ai connu qu'en 2009. Jamais entendu parler de cette femme avant ! Une chose est certaine : le blues britannique 1965-1969 était garçon et électrique : John Mayall, Savoy Brown, Fleetwood Mac, Chicken Shack, etc. Il y a une exception : féminin et acoustique : Jo-Ann Kelly. Elle avait 23 ans lors de l'enregistrement de ce disque, où elle chante avec une fermeté digne d'une femme dans la soixantaine et joue de la guitare comme une musicienne d'expérience. Son approche, très puriste, a fait en sorte que ce disque n'a pas pris une ride. Jo-Ann Kelly n'enregistrera que trois disques, au cours de sa vie. Les deux autres sont électriques, ce qui rend celui-ci unique. Elle est décédée en 1990, au début de la quarantaine. Une vie de blues, en somme...

    1 Driftin'

    2 Come On In My Kitchen

    3 Louisiana Blues

    4 Whiskey Head Woman


    2 commentaires
  • En vedette : Memphis Minnie

    Ce qui est très bien avec le blues est que, dès le début, les femmes avaient leur place. Pas seulement en qualité de chanteuses, mais aussi de musiciennes, de créatrices. La plupart étaient pianistes. Je ne connais qu'un cas de longue durée pour les guitaristes : Memphis Minnie (De son vrai nom Lizzie Douglas). En premier lieu, elle forme un duo avec son mari Kansas Joe McCoy, puis vole de ses propres ailes au milieu des années 1930, cela jusqu'aux années de la Seconde Guerre mondiale.

    Un bon jeu de guitare, une voix très ferme. Peu de blues plaintifs chez Minnie : souvent des blues rythmés, précurseurs du R & B et même du rock & roll. Les sujets abordés sont les mêmes que sur la plupart des disques de blues de l'époque : malchance, pauvreté, injustice, mais plus que souvent en version féminine. Memphis Minnie a beaucoup enregistré, au cours des années 1930, et il n'y a rien à jeter. Après la guerre, ce sera difficile pour elle, car la façon de chanter le blues, pour une femme, avait changé, alors qu'elle demeurait fidèle à son style. Une tentative auprès des disques Chess aurait pu la relancer, mais la santé chancelante de l'artiste allait avoir raison de sa carrière. Memphis Minnie est décédée en 1973, très malade, au moment où la jeune génération, qui ne connaissait pas son nom, se délectait de la reprise que Led Zeppelin avait fait d'une de ses chansons. Récemment, Sue Foley et Maria Muldaur ont enregistré beaucoup de pièces de cette femme unique et toujours captivante.

    1 Hustlin' Woman Blues (1935) Chanson sur le plus vieux métier du monde.

    2 No Need Doggin' Me (1937)

    3 Me And My Chauffeur (1941) Le classique de Memphis Minnie

    4 In My Girlish Days (1941) Vagabondage d'une jeune fille


    votre commentaire