• En vedette : Sultans

     

    En vedette : Sultans

    Le temps d'un peu plus de trois années seulement, les Sultans ont été la formation jeunesse la plus en vue du Québec. Ce n'est que justice : ces garçons étaient de bons mucisiens. Ce serait cependant vain de leur reprocher tant de traductions de chansons anglaises : c'était la norme de l'époque et je devine que le groupe n'avait pas le choix. Dommage, car les rares compositions de leur répertoire étaient excellentes. Pour toute adolescente 64-67, le chanteur Bruce Huard était l'homme idéal. Du moins physiquement ! Le dernier microsillon du groupe est en public et on entend davantage des cris de filles que la voix de Bruce ! (Sur la photo, notre bellâtre est le premier, à droite)

    Séparation en 1968 et chacun va son chemin. Bruce Huard poursuit dans la veine Sultans, mais c'est le guitariste Denis Forcier qui offre une avenue plus personnelle. Tout ça fut sans lendemain et chacun partira vers la vie civile. Notons deux tentatives de retour au cours des années 1990, de la part de Bruce et de Claude Reid, devenu professeur de guitare.

    Va-t-en (1965) Troisième 45 tours et une face B. Premier succès des Sultans et une des rares chansons que je connaisse employant l'imparfait du subjonctif.

    Je t'aime bien (1966) Emprunt aux Zombies : You Make Me Feel Good

    L'amour s'en va (1966) Une composition et la réussite incontestable des Sultans, avec une certaine mélancolie à cause de l'utilisation de l'harmonica

    À toi que je pense (1967) Emprunt à Jay & The Americans : Come A Little Bit Closer. Vous noterez que l'intro à la guitare est la même que sur le Twist & Shout des Beatles 

    Il y a une autre chanson des Sultans dans l'article suivant :

    http://mariobpormus.eklablog.com/theme-l-amicale-france-quebec-a93510097


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :