• En vedette : Memphis Minnie

    En vedette : Memphis Minnie

    Ce qui est très bien avec le blues est que, dès le début, les femmes avaient leur place. Pas seulement en qualité de chanteuses, mais aussi de musiciennes, de créatrices. La plupart étaient pianistes. Je ne connais qu'un cas de longue durée pour les guitaristes : Memphis Minnie (De son vrai nom Lizzie Douglas). En premier lieu, elle forme un duo avec son mari Kansas Joe McCoy, puis vole de ses propres ailes au milieu des années 1930, cela jusqu'aux années de la Seconde Guerre mondiale.

    Un bon jeu de guitare, une voix très ferme. Peu de blues plaintifs chez Minnie : souvent des blues rythmés, précurseurs du R & B et même du rock & roll. Les sujets abordés sont les mêmes que sur la plupart des disques de blues de l'époque : malchance, pauvreté, injustice, mais plus que souvent en version féminine. Memphis Minnie a beaucoup enregistré, au cours des années 1930, et il n'y a rien à jeter. Après la guerre, ce sera difficile pour elle, car la façon de chanter le blues, pour une femme, avait changé, alors qu'elle demeurait fidèle à son style. Une tentative auprès des disques Chess aurait pu la relancer, mais la santé chancelante de l'artiste allait avoir raison de sa carrière. Memphis Minnie est décédée en 1973, très malade, au moment où la jeune génération, qui ne connaissait pas son nom, se délectait de la reprise que Led Zeppelin avait fait d'une de ses chansons. Récemment, Sue Foley et Maria Muldaur ont enregistré beaucoup de pièces de cette femme unique et toujours captivante.

    1 Hustlin' Woman Blues (1935) Chanson sur le plus vieux métier du monde.

    2 No Need Doggin' Me (1937)

    3 Me And My Chauffeur (1941) Le classique de Memphis Minnie

    4 In My Girlish Days (1941) Vagabondage d'une jeune fille


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :