• En vedette : Gilbert Bécaud

     

    En vedette : Gilbert Bécaud

     

    Je ne peux imaginer un artiste français ayant connu autant de succès radiophoniques que Gilbert Bécaud. La plupart du temps, les paroles étaient sans surprise et la musique convenue. Cependant, à l'occasion, Bécaud a créé des pièces musicales hors norme, étonnantes, qu'on ne croisait guère chez ses contemporains. Voici quatre exemples.

    Quand l'amour est mort (1960). La richesse ici sont les arrangements de voix, sur fond de guitare acoustique et de trompette funèbre. Très bel effet.

    Dimanche à Orly (1963). Chanson à deux rythmes, avec un petit air de jazz à l'orgue.

    L'orange (1964). Ma chanson préférée de Bécaud ! Sur une histoire absurde, un peu surréaliste, Bécaud emprunte autant au gospel qu'à la soul. Particulier !

    Au magasin d'antiquités (1968). Pourquoi cette bleuette nostalgique ? D'abord, c'est musicalement très bien fait, mais surtout, vers la fin, Bécaud fait du "sampling", des années avant les artistes rap, en se servant de Les croix, un de ses premiers disques.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :