• Emprunt : Louis Armstrong au festival de Woodstock

    Emprunt : Louis Armstrong au festival de Woodstock

    Beaucoup de gens se souviennent de la séquence du film sur le festival de Woodstock où le chanteur Country Joe McDonald (Notre photo), après avoir fait répéter un gros mot à la foule, chante une joyeuse ritournelle ironique sur la guerre du Viet-Nam. Le public chante gaiement le couplet qui débute par "It's one, two, three, what are we fighting for..." Très peu de ces hippies savaient que cette mélodie avait fait la joie des jeunes des années folles, par la voie d'un des premiers disques de Louis Armstrong.

    En effet, le refrain de McDonald ressemble étrangement à celui entendu sur Muskrat Ramble, pièce composée par Kid Ory, joueur de trombone du jeune Louis. À vous de juger, mais en ce qui concerne Babette Ory, fille du musicien, il y avait cas de plagiat et un procès tardif (en 2001) ne lui... donnera pas raison.

    Country Joe McDonald, I Feel Like I'm Fixin' To Die Rag (1969)

    Louis Armstrong's Hot Five, Muskrat Ramble (1926)


  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Octobre 2014 à 11:20

    Encore une chose que j'apprends ici. Merci Mario !

    2
    Mardi 28 Octobre 2014 à 16:17

    Très bien ! La musique, c'est aussi une large culture qui emprunte, modifie, qui influence, etc.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :